GABON : La sensibilisation porte enfin ses fruits !

Le vendredi 11 mars la Fondation SUCAF GABON a profité de la venue du Fond National d’Aide Sociale (FNAS) pour organiser une communication commune à l’endroit des habitants de la zone d’action de la Fondation, à savoir les regroupements de Ouéllé, Djoutou et Mvengué. L’objectif de cette sensibilisation était de présenter le FNAS, de rappeler le mode de fonctionnement de la Fondation et de promouvoir les projets associatifs générateurs de revenus.

Les Opérationnelles Terrain se sont chargées de la communication en préalable à l’événement grâce à des banderoles informatives disposées à Ouéllé et à Mvengué, à des affiches placées aux points stratégiques et à des tracts distribués aux chefs de regroupement et chefs de village des regroupements de l’ensemble de la zone d’action de la Fondation.

Malgré cette large campagne d’information peu de personnes ont effectué le déplacement et sur la quarantaine de personnes présentes, la moitié de l’assemblée était composée des chefs de villages et de regroupement pour qui un transport avait été organisé.

Cependant, malgré la faible participation, les échanges se sont révélés constructifs et enrichissants pour le public présent.

gabon2Après un bref discours d’introduction prononcé par le vice président de la Fondation SUCAF GABON, la parole a été donnée au représentant du FNAS qui a expliqué le fonctionnement de sa structure. Le FNAS est un organisme d’Etat placé sous la tutelle technique du Ministère de la Santé et de la Prévoyance Sociale. Son objectif est de sortir de la précarité les gabonais économiquement faibles (dont les revenus sont inférieurs ou égaux à 80.000 FCFA par mois) en développant des activités génératrices de revenus viables portées par des associations. Le FNAS accompagne les associations porteuses de projet dans les domaines de l’élevage, la pêche, le tourisme, l’artisanat, les services et la petite transformation. Les projets ont un montant maximum de 5 millions de FCFA et sont financés à 30% par un don de l’Etat et à 70% par un micro crédit octroyé par la Banque Gabonaise de Développement (BGD).

Les Opérationnelles Terrain ont ensuite rappelé le fonctionnement de la Fondation en rappelant les conditions d’appui et en insistant sur la démarche participative des projets. Elles ont illustré leur propos avec les présentations des projets déjà mis en œuvre (le périmètre maraîcher, la plantation de banane manioc en système SCV ainsi que le moulin à manioc).

Les participants ont alors pu poser leurs questions aux organismes présents. Leurs interrogations portaient sur les délais de remboursement des crédits octroyés par la BGD, les éventuelles mesures prises pour la commercialisation des produits et également sur le manque d’habitude des altogovéens à travailler en association. Les intervenants ont répondu à leurs questions et leurs inquiétudes et les ont invités à se rapprocher de leurs structures respectives pour présenter leurs projets. Les deux institutions conscientes du manque de développement associatif dans la province ont également mis l’accent sur les mesures d’accompagnement et les formations mises en place pour assister les groupes dans la création de leurs associations.

gabon3

La journée s’est terminée dans une ambiance conviviale autour d’un verre de l’amitié.

gabon4Les retombées de cette journée ne se sont pas fait attendre pour la Fondation car dès la semaine suivante les OT ont été contactées par un habitant de Mvengué qui leur demandait de réitérer leur intervention dans le regroupement de Mvengué. En effet, la banderole informative étant restée en place dans le village, le chef de regroupement a reçu de nombreuses sollicitations de la part d’habitants n’ayant pas pu se rendre à l’atelier du 11 mars. Une sensibilisation a donc été organisée à Mvengué le 17 mars. Les OT ont eu la bonne surprise de voir qu’une foule nombreuse les attendait. Plus d’une quarantaine de personnes étaient présentes et tous les âges et les genres étaient représentés. Les OT ont à nouveau présenté les activités de la Fondation. Le public s’est montré enthousiaste et les OT ont été sollicitées pour plusieurs projets (élevage ovin et caprin, pêche, association de jeunes, moulin à manioc,….). Les OT ont proposé aux groupes de se structurer autour d’envies communes et de recontacter la Fondation pour un suivi plus individualisé.

gabon5

Une semaine après ces deux sensibilisations, l’engouement suscité est toujours présent car deux groupements, un de Ouéllé et un de Mvengué, ont repris contact avec la Fondation.

Espérons que de cette graine semée jailliront de nombreux projets bénéfiques au plus grand nombre !

Par Mathilde et Marie OT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*