COTE D’IVOIRE : Les femmes de Largatonvogo se lancent dans la production d’oignons !

Dans sa mission d’appui technique aux organisations de base, la Fondation SUCAF-CI accompagne le groupement féminin « Wobêwognon » [Regroupons-nous] dans la mise en place d’une Activité Génératrice de Revenus pour les 17 femmes membres du groupe.

Tout commence en avril 2016, lorsque les femmes de Largatonvogo font part aux Opérationnels Terrain de leur volonté de se lancer dans une culture maraîchère rentable et pouvant être reconduite d’année en année en saison des pluies. Après plusieurs échanges et une rapide étude des potentialités et opportunités de la zone, le groupe décide de se lancer dans la culture de l’oignon pluvial sur parcelle communautaire. Sans maîtrise de l’itinéraire technique et sans grande expérience de l’activité maraîchère en groupe, les membres de ce groupement féminin sollicitent donc l’appui technique et les conseils de la Fondation pour les accompagner dans leur initiative. Plusieurs ateliers de formations pratiques visant le renforcement des capacités des femmes ont donc été organisés durant 4 mois, de la mise en place de la pépinière à la recherche de voies de commercialisation en passant par le repiquage et l’entretien des plants (fréquence d’arrosage, utilisation d’engrais, etc.). L’intégralité des coûts inhérents à la mise en place du projet (semences, intrants) a été supportée par le groupe.

Cet accompagnement technique hebdomadaire a permis au groupe de procéder à sa première récolte en décembre 2016. 1, 2 tonnes ont ainsi pu être commercialisées localement par le groupe.

Convaincues de la rentabilité de cette activité et mieux structurées, les femmes de l’association ont décidé de réinvestir une partie des bénéfices générés par la culture pluviale dans le but de reconduire l’expérience en saison sèche. Toujours suivi par l’équipe opérationnelle de la Fondation, le groupe Wobêwognon est actuellement en pleine phase de repiquage et d’entretien des planches récemment confectionnées sur une parcelle communautaire plus grande. 

Dans l’optique de diversifier les cultures maraîchères, les femmes se sont également lancées depuis janvier 2017 dans la production test et à petite échelle de tomates, concombres, carottes et laitues. Par l’intermédiaire de la Fondation qui poursuit son accompagnement technique, le groupe a en effet bénéficié de semences « tests » de la part de la société SEMIVOIRE.

L’appropriation de l’activité par ce groupe de femmes remobilisé laisse espérer la mise en place d’une activité génératrice de revenus pérenne. Rendez-vous dans quelques mois pour la récolte !

Par Camille et Victor, Ferké 2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*