CAMEROUN : La Fondation SOSUCAM a organisé un atelier de formation pour la valorisation et la transformation des mangues !

Fidèle à sa mission de soutien au développement des initiatives locales, la Fondation SOSUCAM vous raconte ici son appui au groupe « Le Relai » de Mbandjock qui s’attache désormais à produire de la confiture … !

« L’idée est née un samedi matin après avoir gouté la confiture de mangue de Céline, Opérationnelle Terrain à la Fondation SOSUCAM et ramené un pot à la maison pour faire gouter à ma famille et aux autres membres de l’association », se souvient Amadou, président de l’association Le Relai. « La confiture n’a pas passé la nuit sans que le pot ne soit déjà fini ! » Le lundi suivant, les membres du groupe se sont rendus à la fondation pour s’enquérir de la recette auprès de Céline. Un gros sac de sucre, des mangues ramassées dans la cité des cadres et des bocaux en verres récupérés chez les petits restaurants du coin et l’atelier confiture a été mis sur pied.

L’atelier s’est déroulé devant les locaux de la Fondation. Les plus curieux et pas les moins gourmands ont accouru attirés par l’odeur alléchante des marmites chaudes pleines de confiture. Il n’a fallu qu’un soir pour que le lendemain tout le monde demande à gouter de cette bonne mixture maison !

La ville de Mbandjock croule chaque année sous les mangues, les bananes, papayes, etc… Les producteurs et vendeurs se retrouvent souvent avec une quantité importante de fruits à un instant « t » et n’arrivent pas à tout écouler ou vendre et la population en mange jusqu’à en être écœurés. Résultat ? Les fruits pourrissent au pied des arbres et se perdent.

D’autre part, les marchés camerounais sont inondés par les confitures importées (confiture d’abricot, de fraises…).

Cet atelier avait donc pour objectif d’inciter les membres du groupe le Relai à capitaliser ce surplus de production d’arbres fruitiers. La Fondation, dans sa quête d’autonomisation des groupes, s’est engagée à soutenir la fabrication de confiture avec des matières premières agricoles locales permettant de lutter contre le gaspillage, le surplus de production en valorisant les produits non vendables pour des raisons de maturité ou de calibre trop petit ou difforme. Il permet aux groupes cibles de trouver de nouveau débouché vers des marchés pouvant être plus rémunérateurs, à travers un produit peu connu par la plupart des camerounais et ainsi sécuriser leurs ventes en se diversifiant. 

L’association ne s’arrête plus : une fois l’atelier mangue fini, elle s’est aussitôt lancée –  avec l’appui de la fondation – dans la fabrication de confiture de papaye, patate douce et ananas afin de diversifier leur gamme de produits à proposer aux futurs clients. Une fois tous les gouts préparés et les pots relookés, l’association a fièrement exposé ses confitures et ses autres activités à la foire artisanale du 5 et 6 mai 2017 à Mbandjock. Bilan ?

Bingo ! Quelques pots sont vendus et une qualification pour exposer à la foire départementale de la Haute Sanaga tous frais payés ! Les confitures sont très appréciées et tout particulièrement celles de mangue et papaye.

Ainsi, l’association a décidé de diversifier ses sources de revenus en se lançant dans une nouvelle activité rémunératrice de revenu en plus de l’élevage d’aulacodes et de la pisciculture : la fabrication de confiture faite maison par le canal de la Fondation SOSUCAM.

Elle ne compte pas en rester là ! Elle a pour ambition de conquérir le marché de Yaoundé en frappant aux portes des restaurants et des réseaux expatriés. Nous espérons que ce n’est que le début d’une belle aventure !

Affaire à suivre !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*