Les Fondations SOMDIAA

Les Opérationnels Terrain

Ce sont les salariés des fondations qui en ont la charge au quotidien. Ainsi, ils sont les interlocuteurs des populations locales. Ces binômes internationaux permettent de valoriser les échanges d’expériences, de compétences, de cultures pour développer une meilleure approche socioculturelle de la mission qui leur est confiée. Les animateurs en développement local maîtrisent les dialectes parlés sur le terrain et permettent de s’affranchir des barrières linguistiques pour mettre en place et maintenir un dialogue constructif avec l’ensemble des parties prenantes des Fondations.

Ils disposent d’un local d’accueil dans chacune des implantations des Fondations. Ce local est ouvert à toute personne et permet aux populations de prendre contact, d’obtenir des informations, des conseils, de s’inscrire aux formations et de présenter leurs groupes et leurs projets.

Les Opérationnels Terrain effectuent quotidiennement des visites dans les villages et dans les quartiers, à la rencontre des groupes, de manière à connaître au mieux leurs interlocuteurs, leur fonctionnement, leurs difficultés et leurs réalisations.
Ils travaillent sur la base d’un binôme international composé d’un animateur en développement local national et d’un volontaire de solidarité internationale.

Portraits des opérationnels terrains

TCHAD – BANDA

 

Abel KINA NGARMADJI

Secrétaire Général de la Fondation et également chargé de développement rural, Abel a suivi des études universitaires en sciences sociales à l’Université de Ngaoundéré. Impliqué dès le démarrage du projet « Fondation CST », Abel dispose d’une maîtrise du contexte et des dialectes locaux.

Abel est né dans un village proche de la Compagnie Sucrière du Tchad. Il a choisi d’orienter son parcours académique vers le développement local avec l’espoir de pouvoir contribuer efficacement et à sa mesure, à l’amélioration des conditions de vie des populations de la zone où il a grandi. Maîtrisant les aspects de la gestion de projet, Abel Kina et sa collègue dédient leur professionnalisme et motivation dans le développement des actions de la fondation.

 

  Alice PERNET

Arrivée à la Fondation CST en août 2016, Alice est titulaire d’un diplôme en développement local de l’université Paris 1, lui ayant permis d’acquérir des compétences en gestion de projets de solidarité internationale. Après plusieurs expériences à l’étranger (Mauritanie et Sénégal), elle souhaite continuer de s’investir pour le développement en Afrique à travers des projets participatifs issus d’initiatives locales.

Sensible au projet de la fondation CST, Alice va mettre son dynamisme et son professionnalisme au service des actions de développement de la zone. Avec l’appui de son binôme et du CSP, elle s’adapte progressivement au contexte local de Banda en échangeant et découvrant la culture (la langue Sara, la boule etc…).

***

CAMEROUN – SITE DE NKOTENG

 

 

Cécile TETEK

 Originaire de la région du centre CAMEROUN, Cécile Tetek a fait des études universitaires en biologie végétale à l’université de Dschang. Elle s’est ensuite orientée en master développement durable option environnement et gestion des ressources naturelles.

Par la suite, Cécile a effectué un stage au Centre Technique de la Forêt Communale en collaboration avec la commune de Ndikinimeki (Région Centre) puis à la SOSUCAM au service environnement sur la thématique de la gestion des déchets.

La problématique du développement socioéconomique des populations locales a toujours suscité pour elle un intérêt particulier et une envie d’apporter son expérience auprès des populations vulnérables, notamment au travers des mécanismes du développement participatif. Travailler au sein des Fondations SOMDIAA est donc une suite logique pour son parcours tourné vers l’amélioration des conditions de vie des populations.

 

 Aprilia MORAIS

Titulaire d’un Master de Développement spécialité « Gestion de crises et intervention d’urgence » à l’Université Panthéon-Sorbonne, Aprilia rejoint l’équipe de la Fondation SOSUCAM en août 2016 à Nkoteng. Suite à différentes expériences dans le domaine du Développement (en France, au Bénin, au Maroc et dans la région de l’Ouest du Cameroun), elle est convaincue par la pertinence d’une approche participative. Le monde du Développement est un monde codifié et normé. Les sociétés civiles constituent des acteurs de développement incontournables. Malheureusement, la portée de leurs actions est souvent amoindrie par un manque de maîtrise de ces codes et normes. C’est ainsi qu’Aprilia a été sensible à l’approche adoptée par les Fondations SOMDIAA. Elle souhaite avec son binôme appuyer les groupements et associations dans leurs initiatives de développement.

 

CAMEROUN – SITE DE MBANDJOCK

 

 

 Céline MASSON

Titulaire d’un diplôme d’Agro-développement de l’Istom, Céline pense que tous ceux qui ont un rêve, un projet, peuvent le concrétiser s’ils en ont la force et s’ils s’en donnent les moyens Après plusieurs expériences à l’étranger sur des projets de développement, elle est convaincue que pour réussir et pérenniser un projet, l’initiative doit venir localement. C’est dans cette optique qu’elle rejoint l’équipe de la fondation SOSUCAM en janvier 2017 à Mbandjock. Elle espère y apporter sa pierre à l’édifice.

 

 

Hans AKAM Hans AKAM

Hans Akam est originaire de la région du Sud Cameroun. Détenteur d’une Maîtrise en Droit public obtenue à l’université de N’Gaoundéré, il s’oriente ensuite vers une formation d’ingénierie du Développement à l’Institut Supérieur du Sahel (Université de Maroua) sanctionnée par un Diplôme d’Ingénieur Facilitateur de Développement. Bénéficiant d’une forte expérience dans l’élaboration de plans communaux de développement réalisés pour plusieurs communes, avant de s’engager pour celle de Sangmélima dans le cadre du Programme National de Développement participatif (PNDP).   Fort de ce vécu au côté des communautés, Hans décide de s’engager avec les fondations  du Groupe Somdiaa avec pour leitmotiv faire rayonner la fondation Sosucam, Mbandjock.

 

 

***

CONGO – NKAYI

 

Christian MOUANDA NGOMA

Issu d’une famille de tradition agricole, Christian est initié aux travaux agricoles dès son plus jeune âge par ses parents.

Originaire du Département de la Bouenza, il a été formé à l’institut du développement rural (IDR) de l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville. Il dispose d’une grande connaissance du milieu rural congolais et des techniques agricoles locales acquises auprès de diverses organisations rencontrées dans le cadre de sa formation d’ingénieur. Maîtrisant les dialectes locaux (kamba, dondo, mounoukoutouba, lingala), son rôle dans les premières phases de travail de la Fondation sera déterminant, de manière à ce que la Fondation puisse prendre la mesure de la réalité locale propre aux activités génératrices de revenus pratiquées dans la zone d’intervention et faciliter le dialogue avec les interlocuteurs de la Fondation.

Flavien Piticco Flavien PITICCO

Titulaire d’un master « Gestion des Organisations pour le Développement International » obtenu au sein de l’Université Pierre Mendès France de Grenoble, Flavien, Volontaire de solidarité Internationale (France volontaires), intervient au sein de la Fondation en tant que conseiller extérieur et Opérationnel Terrain.

Après un service civique au sein d’une association béninoise œuvrant dans le domaine de la sécurité routière, où il était chargé des partenariats et des projets, son désir de travailler dans le développement agricole et au plus près des populations l’a conduit à rejoindre la Fondation SARIS Congo / ADAS pour 2 ans.

Convaincu de la démarche de la Fondation appuyant la participation active des groupements et associations au développement de leurs projets, il espère apporter, avec ses collègues, ses compétences et son dynamisme dans l’accompagnement des initiatives locales, afin de participer à l’amélioration des conditions de vie des populations.

octasia Octasia MIAZONZAMA

Octasia est née à Brazzaville, capitale politique du Congo. Elle a fait ses études universitaires à l’Université Marien Ngouabi précisément à l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et de Foresterie (E.N.S.A.F.) ex I.D.R, d’où elle a obtenu son diplôme d’Ingénieur de Développement Rural en décembre 2013, après une  formation de cinq (5) ans.

Apres l’obtention de son diplôme elle a voulu mettre ses compétences théoriques  en pratique, ce qui l’a poussée  a travailler avec le C.E.F.E sur l’étude de la diversité des espèces et variétés cultivées en agriculture sur champs surélevés en zone marécageuse dans la cuvette centrale, au Nord Congo. Après cela, elle a supervisé des enquêtes ménages sur la consommation du bois-énergie à Owendo dans le département de la cuvette, organisée par la Coordination Nationale REDD, en collaboration avec la Banque Mondiale.

Actuellement elle est animatrice de développement local à la Fondation Saris Congo ce qui est pour elle une belle opportunité, celle de se confronter au cadre Agronomique, de mettre en œuvre son projet professionnel dans un domaine qui le passionne et dans lequel elle veut s’investir.

 ***

NGAKOBO – CENTRAFRIQUE



 

 ***

OUELLE – GABON

 

 Marina LUGNOT

Après son master d’agroécologie effectué à Agroparistech et diverses expériences dans la recherche agronomique en France, Marina a souhaité s’impliquer davantage dans des actions de développement et a réalisé sa première mission en Colombie, à Bogota, où elle a participé à la mise en place d’un circuit de commercialisation en agriculture biologique et haute valeur sociale ainsi qu’à l’appui technique des producteurs du réseau. 

Suite à cette expérience elle a repris ses études en anthropologie afin d’apporter ce regard qui, selon elle, est une des clés pour la réussite des projets de développement.
Attirée par la démarche participative et de long terme des fondations SOMDIAA, elle travaillera au sein de la fondation SUCAF au Gabon en tant que conseillère extérieure afin de renforcer la société civile rurale et implémenter divers projets provenant des initiatives locales

 

 Ulrich Rommel MBA ABESSOLO

Après avoir fait ses études supérieures à l’Université Omar Bongo de Libreville, il obtient une Maîtrise en Littératures Africaines Orales axée sur la culture gabonaise en général. Ayant acquis les techniques d’enquêtes en milieu rural, il poursuit sa formation à l’Institut National des Sciences de Gestion (INSG) de Libreville, d’où il obtient un Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en  Economie et Gestion durable des Ressources Forestières et Environnementales (ECOFOR). Son travail portait sur : « La gestion de l’impact Social : cas du service et relation avec les communautés de Shell Gabon ». Après 9 mois de stage à Shell Gabon, il est aujourd’hui Opérationnel de Terrain à la Fondation SUCAF Gabon où il animera au quotidien la structure d’appui aux initiatives de développement local des populations vivant à proximité des implantations agro industrielles de la SUCAF Gabon. Ulrich, comme l’ensemble des Opérationnels Terrain est animé du désir de contribuer à la réduction de la pauvreté, notamment en milieu rural.

***

FERKE 1 – COTE D’IVOIRE

 

P. Sansonnet Pauline SANSONNET

Jeune ingénieure agronome tout juste diplômée de l’ l’Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse et spécialisée dans l’Agro-écologie, Pauline souhaite s’engager professionnellement dans le domaine du développement à l’international.

C’est par le biais de ce Volontariat de Solidarité Internationale (avec le CEFODE) en tant qu’opérationnelle terrain pour la Fondation SUCAF-CI qu’elle souhaite mettre à profit ses compétences en gestion de projets et en agronomie ainsi que son dynamisme pour soutenir un développement local durable impliquant directement les populations concernées.

Avec ses précédentes expériences dans le milieu de la coopération internationale et ses missions effectuées en Afrique de l’Ouest (Togo, Niger), elle espère pouvoir apporter le meilleur pour la fondation et compte en apprendre énormément sur ce beau pays qu’est la Côte d’ivoire.

 

Antoine YEO ZIE

Technicien supérieur en Ressources Humaines et Communication après une année d’étude en Sciences Juridiques Administratives et de Gestion, Antoine a effectué plusieurs stages dont un à la Mairie d’Abobo et s’est investi dans des actions de développement communautaire par la structuration d’une coopérative de femmes en milieu rural, ainsi que dans le suivi de leurs initiatives. Originaire de la région dans laquelle interviendra la Fondation SUCAF CI, Antoine connait bien le milieu, maîtrise les dialectes locaux et la composante culturelle. Très fier de pouvoir contribuer à sa mesure au développement régional, Antoine mettra toutes ses connaissances et compétences au profit de la Fondation SUCAF CI.

FERKE 2 – COTE D’IVOIRE

 

Victor TOH OUEDRAOGO

Diplômé de l’Unité régionale d’enseignement supérieure de Korhogo dans le Nord de la Côte d’Ivoire et spécialisé en Economie et Gestion Agropastorale, Victor  s’est très vite engagé dans le domaine de développement rural.  Natif de la région dans laquelle intervient la Fondation SUCAF CI, il connait bien le milieu, maitrise les dialectes locaux. Avec la ferme volonté de contribuer au développement régional et à l’amélioration des conditions de vie des populations dont il a une bonne connaissance, Victor s’est engagé avec la Fondation en tant qu’opérationnel terrain. Au travers de ses nombreuses expériences préalables dans le domaine de développement rural et communautaire, il espère pouvoir aider la Fondation dans les missions qui sont les siennes.


Camille_T Camille TIGNON

Titulaire d’un Master « Enjeux de la prévention & de la résolution des conflits, du  développement et de la coopération internationale » obtenu à l’IEP de Lille, Camille a rejoint la Fondation SUCAF Côte d’Ivoire en novembre 2015. Après plusieurs expériences dans le domaine de l’aide humanitaire et du développement auprès de différentes organisations en France et à l’étranger (Corée du Sud, Bénin), elle souhaite mettre à profit ses compétences en gestion de projets et son goût pour l’inter-interculturalité pour soutenir les initiatives durables des communautés. Intéressée par le développement du monde rural, elle reste convaincue que mettre en place des activités destinées aux populations, conçues et réalisées avec la participation engagée et structurée des communautés est un puissant vecteur vers l’amélioration durable des conditions de vie et l’émergence d’une société civile forte et entendue.

En tant qu’OT, Camille est heureuse de pouvoir s’impliquer auprès des groupements et associations de Ferké 2 pour promouvoir leurs compétences et les accompagner dans la réalisation concrète de leurs projets.

 

***

 DOUALA – CAMEROUN

 

  Ndassa YOUNCHAWOU

 Ndassa est originaire de la région de l’ouest Cameroun. Il a suivi sa formation en sociologie à l’ l’université de Yaoundé I. Il est détenteur d’un master en sociologie option population développement. Ayant participé en tant qu’agent de développement au diagnostic participatif de plusieurs villages des arrondissements : Okola, dans la région du centre, Bamegoum dans  la région de l’ouest et Betare Oya dans la région de l’Est, il totalise une forte expérience dans la démarche de planification participative. En tant que stagiaire au sein de la plateforme de volontariat français France Volontaires, il a mené une étude sur la dynamique du volontariat français au Cameroun. Ce qui lui a permis non seulement de travailler en binôme avec les volontaires de solidarité Internationale, mais aussi de participer au suivi et à l’accompagnement des projets de développement menés par les structures d’accueil des volontaires. Fort de cette expérience, Ndassa s’engage avec abnégation et  dévouement pour rejoindre le groupe des Fondations du Groupe SOMDIAA, avec l’intention de porter haut et fort les actions sociales et solidaires de la toute première des Fondations urbaines, l’ADAS – Fondation SGMC.

 

Sylvia RAJAONAH

Titulaire d’un Master en Développement mention « Interventions d’urgence et actions de développement » de l’Institut d’Etude du Développement Economique et Social (IEDES) de Panthéon-Sorbonne, Sylvia a rejoint la Fondation SGMC en mars 2017 à Douala. Son master et ses expériences associatives lui ont permis d’acquérir des compétences dans la gestion de projets de solidarité internationale. Après différentes expériences dans le développement (en Inde, aux Philippines et au Togo), elle a souhaité intégrer la Fondation SGMC pour son approche participative du développement et pour la richesse apportée par le travail en binôme. Elle est convaincue que le développement passe par des initiatives locales et que le partenariat doit s’effectuer dans le soutien de ces initiatives.

 

***

TOGO – LOME

sitti-blog Sitti Hissani BACARI

Diplômée d’un Master 2 en Action et Droit humanitaires de l’Université Aix Marseille, Sitti est volontaire de solidarité internationale (France volontaires). Depuis plusieurs années, elle est engagée bénévolement dans plusieurs associations communautaires et de développement socio-économique, en France et aux Comores. En 2015, elle effectue un volontariat de service civique, en tant que Chargée de Partenariat, au sein d’une ONG de micro finance sociale à Lomé, afin d’appuyer la recherche de financements et de partenariat ainsi que la gestion de projets. Cette première immersion au sein de la société civile togolaise est un atout pour sa nouvelle mission. Aujourd’hui, collaborer avec une entreprise – un type d’acteur de plus en plus présent sur la scène de la solidarité internationale – représente pour elle une opportunité d’exploiter son intérêt pour l’innovation en matière de développement local et participatif.

 

apeli-eli-blog Eli Kodzo APELI AYEME

Engagé dans le milieu associatif togolais depuis son jeune âge, Elie est titulaire d’une maîtrise en sociologie du développement obtenue à l’Université de Lomé. Il a travaillé à la mise en œuvre de programmes d’éducation à la santé des jeunes et des droits de la femme dans les milieux ruraux. Il a aussi accompagné des Comité Villageois de Développement (CVD) dans la mise en œuvre de leurs projets. Il reste convaincu de la nécessité d’une démarche participative dans tout processus de développement.

 

 

***

Les Opérationnels Terrain tissent ainsi des relations suivies et de confiance avec les groupes et se rendent disponibles pour accueillir, conseiller, former et rendre visite à leurs interlocuteurs. Ils favorisent l’émergence des initiatives participatives que les Fondations soutiennent.